Sera-t-il possible de voyager en décembre ? Si oui, où pourrons-nous aller ? Et est-il acceptable de prendre l’avion en pleine pandémie ? Une vue d’ensemble.

Ce deuxième confinement me semble beaucoup plus insoutenable que le premier. Oui, l’espoir d’une amélioration de la situation commence à se faire ressentir, mais les longs mois d’hiver qui nous séparent d’une situation plus normale me font peur. Ils seront longs, ils seront sombres, ils seront ennuyants. Heureusement, il sera fort probablement possible de voyager en décembre.

Quelles sont les destinations accessibles ?

La seule chose dont je me languis en ces mois difficiles est la levée des déplacements le 15 décembre prochain, car celle-ci signifie qu’il sera à nouveau possible de voyager à nouveau. Enfin.

Certes, l’idée de voyager peut s’avérer un véritable casse-tête. Où pouvons-nous aller ? Quelles sont les restrictions d’entrée ? Devrai-je m’isoler pendant 14 jours lors de mon arrivée à destination ? Beaucoup de questions auxquelles les réponses restent bien souvent vagues.

Afin d’aider les voyageurs dans la planification de leurs vacances, l’Union européenne a mis en place un système de feux de circulation. Celui-ci est destiné à donner aux citoyens plus de clarté sur les règles d’entrée et les exigences en matière de tests et sur la manière dont ils peuvent traverser le continent.

Comme on peut le constater en faisant quelques recherches, certaines destinations sont plus faciles d’accès que d’autres. C’est entre autres le cas de la République dominicaine avec ses tests aléatoires, ou des îles Canaries.

Hôtel TUI en Espagne

Concernant les Outre-mers, la décision est toujours sous réserve de l’avis des préfets. Toutefois, Air France a récemment annoncé qu’elle triplerait ses opérations aériennes pour les fêtes de Noël à compter du 15 décembre. Et les territoires d’Outre-mer font partie de son programme de vols bonifié.

Pour l’instant, nous savons que nous ne pouvons que voyager en Guadeloupe sans restriction. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour l’île Maurice, qui impose toujours une quarantaine aux voyageurs. Pour la Réunion et la Martinique, les décisions des autorités locales se font toujours attendre.

Est-il acceptable de voyager ?

Bien entendu, voyager en pleine pandémie n’est pas nécessairement recommandé. Les voyageurs sont souvent responsables de nouvelles éclosions, et ce aux quatre coins de la planète. L’internationalisation est d’ailleurs ce qui a fait en sorte que la pandémie a pris autant d’ampleur.

Toutefois, au cours des derniers mois, de nombreux gouvernements et compagnies aériennes ont mis en place des mesures sanitaires strictes afin de s’assurer que les voyages se fassent sans risque. De nos jours, il est donc possible de se déplacer sans que le risque de contagion ne s’accroisse de façon exponentielle.

Tests antigéniques ou PCR

Les aéroports de Paris, Nice et Marseille ont mis en place des centres de tests à l’arrivée pour sécuriser les voyageurs lors de leur départ et de leur retour de voyage. Par conséquent, les questions éthiques derrière le fait de voyager en pleine pandémie sont quelque peu adoucies. Il est possible de réaliser un test PCR ou antigénique avant de prendre l’avion afin de voyager sans la crainte d’être porteur du coronavirus, tout comme il est possible de réaliser un test au retour en France afin d’éviter une quarantaine (et, bien entendu, de s’assurer de limiter les risques de contagion lors du retour au pays.).

D’ailleurs, il a été prouvé que le risque de contracter le coronavirus dans les avions est minime. Une étude américaine réalisée par le USTRANSCOM, sous la direction du ministère américain de la Défense, est arrivée à la conclusion que le risque d’infection du coronavirus dans les avions est très faible, car seulement 0,003 % des particules d’air infectées pénètrent dans la zone de respiration directe d’un passager qui porte un protecteur buccal et nasal.

Ayant moi-même voyagé cet été lorsque la situation sanitaire était sous contrôle et les frontières de la majorité des pays européens étaient ouvertes, ma crainte de contracter le coronavirus n’a jamais été bien plus élevée que lorsque je vais au supermarché.

Voyager en décembre en bref

Puisque ce ne sont pas tous les pays qui sont considérées comme des zones à risque par le gouvernement, voyager ne va pas toujours à l’encontre des recommandations des instances sanitaires. D’ailleurs, en raison des nombreuses mesures sanitaires mises en place par la France et les différents pays à travers le monde – comme les centres de test dans les aéroports -, il est maintenant possible de voyager sans craindre de contribuer à la propagation du coronavirus.

Pensez-vous voyager en décembre lorsque les restrictions sur les déplacements seront levées ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletter. Chaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Ayant une soif insatiable de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par courriel et il lui fera un plaisir de vous répondre.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.