La propagation du virus et le risque d’infection seraient beaucoup plus faibles dans les avions qu’on ne le pensait auparavant. C’est le résultat d’une étude du United States Transportation Command (USTRANSCOM).

Quiconque a récemment pris l’avion connaît la situation : le port du masque est obligatoire depuis un certain temps déjà, et selon la durée du vol, il doit être changé en conséquence. Selon la destination, il faut également remplir un certain nombre de formulaires. Alors qu’une hypothèse omniprésente est que le risque d’infection est beaucoup plus élevé pour les personnes vivant dans des espaces confinés, tels que les cabines d’avion, une étude américaine a révisé cette hypothèse, comme l’a déjà signalé DMM.

Le risque d’infection dans les avions est inférieur à 1 %

Une étude américaine réalisée par le USTRANSCOM, sous la direction du ministère américain de la Défense, est arrivée à la conclusion que le risque d’infection du coronavirus dans les avions est beaucoup plus faible que ce que l’on pensait auparavant. Seulement 0,003 % des particules d’air infectées pénètrent dans la zone de respiration directe d’un passager qui porte un protecteur buccal et nasal.

Pendant six mois, les scientifiques ont effectué des tests sur les vols de United Airlines avec les courants d’air dans la cabine et sont arrivés à la conclusion que l’échange rapide d’air dans l’avion, combiné à des filtres très efficaces, entraîne un faible risque d’infection. De ce fait, l’air de l’avion est l’un des plus sûrs à l’intérieur des espaces clos.

Grâce aux systèmes de filtration de l’air, 99 % des particules porteuses présentes dans l’air sont éliminées en six minutes seulement. Des mannequins ont été utilisés comme personnes tests qui, grâce aux dernières technologies, ont simulé la respiration et la toux et la répartition des particules porteuses. Plus de 300 tests en vol et au sol ont été effectués, qui ont été réalisés sur un Boeing 777 et un 767 de United Airlines.

« Ces données nous aideront à élaborer des stratégies pour le chargement des cabines et la configuration des sièges. Cela nous aidera à réduire le risque potentiel de transmission interhumaine de particules d’aérosol », a mentionné Joe Pope, directeur des opérations à USTRANSCOM.

Toutefois, les résultats de l’étude supposent que les passagers ne restent pas dans les allées pendant le vol, mais restent à leur place. Néanmoins, pour infecter d’autres personnes, il faut environ 54 heures de vol.

L’étude américaine sur le risque d’infection dans les avions en bref

L’avion est généralement considéré comme l’un des moyens de transport les plus sûrs. La crise sanitaire, cependant, pose aux compagnies aériennes internationales des défis bien plus récents, notamment en ce qui concerne la sécurité de leurs passagers. Même si les résultats de l’étude indiquent que la probabilité d’être infecté à bord est très faible grâce aux filtres à air, le port du masque reste obligatoire.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletter. Chaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Depuis que Lena a pris son premier vol long-courrier, les voyages font partie intégrante de son quotidien. Elle aime explorer de nouveaux pays et essayer ce qu'il y a de mieux en matière d'hébergement. Sur suitespot, elle vous emmène en voyage en vous partageant ses conseils et ses expériences ainsi que les tous derniers bons plans voyage.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.