Qu’est-ce que la crise sanitaire signifie réellement pour les employés d’une compagnie aérienne et comment l’entrevoient-ils ? Un employé nous fait part de son opinion.

Un directeur d’une compagnie aérienne, qui souhaite rester anonyme, nous a donné un aperçu exclusif de sa vie quotidienne et de ses pensées pendant la crise. Nous tenons à le remercier pour cet article et lui souhaitons bonne chance !

Vous êtes également employé d’une compagnie aérienne ou d’une autre société de voyage et vous souhaitez faire part de vos réflexions sur la situation actuelle ? Veuillez m’envoyer votre histoire à [email protected] et nous la publierons !

Pour que vous sachiez qui écrit ici, je voudrais me présenter un peu. J’ai une vingtaine d’années et je travaille depuis près de trois ans comme directeur d’une compagnie aérienne de renom.

Il a toujours été clair pour moi que je voulais travailler dans un environnement international et passer le plus de temps possible dans les airs. C’est pourquoi — du moins à l’époque précédant la crise sanitaire — je passais en moyenne deux à trois jours par semaine dans un avion.

Dans ce qui suit, j’aimerais vous dire comment, en tant qu’employé d’une compagnie aérienne, j’ai perçu le déroulement de la crise, comment la compagnie a communiqué avec nous et quelles ont été les mesures qui ont été prises.

Les flux de trésorerie se tarissent

Les premières mesures douloureuses, qui ont provoqué un murmure de la part du personnel, ont été la suspension des routes vers la Chine. Ne plus desservir ces routes importantes était sans aucun doute une mesure difficile, mais néanmoins obligatoire dans le contexte de la santé des passagers et des membres d’équipage.

Le déficit de réservation le plus important s’est produit chez les voyageurs d’affaires des moyennes et grandes entreprises qui, dans les circonstances habituelles, ont tendance à faire des réservations spontanées.

Les premières entreprises ont introduit des restrictions de voyage et ont interdit à leurs employés de se rendre dans les zones menacées.

Delta Air Lines

En revanche, les destinations de loisirs réservées à long terme, telles que les îles Canaries, ont continué à être desservies avec des taux de remplissage élevés. Naturellement, nous avons suivi ces évolutions de très près et avons enregistré les premières baisses de ventes en millions par rapport à la même période l’année dernière.

Puis, de plus en plus de pays ont fermé leurs frontières, Par conséquent, presque toutes nos opérations ont été suspendues. Notre trésorerie s’est donc vidée.

Mesures internes de l’entreprise

Notre direction a très vite entendu l’inquiétude croissante des employés et a ouvert un flux de communication très transparent dès le début. À intervalles réguliers, la direction fournissait des informations sur des chiffres concrets et a permis au personnel de participer à de nombreux processus et scénarios possibles.

Jamais auparavant les réunions n’avaient été aussi détaillées qu’à cette époque. Ainsi, chaque employé — que ce soit dans la direction, la cabine ou le cockpit — a pris conscience de la situation précaire dans laquelle nous nous trouvions.

Le chef des opérations a d’ailleurs pris le temps de répondre aux questions de toutes les équipes. Je pense que c’est un engagement vraiment respectable de la part de la direction.

Tous les coûts ont été réduits. Les voyages d’affaires ont été interdits, les projets en cours ont été arrêtés du jour au lendemain, les budgets ont été réduits à zéro et les commandes de fournitures de bureau ont été refusées.

D’ailleurs, tous les employés ont été invités à travailler de la maison. Prévoyant déjà que ce serait une longue période, j’ai coincé mon écran sous le bras et j’ai quitté le bureau indéfiniment.

Le monde du travail tel que je l’avais connu auparavant n’existait plus.

Skyteam

Une autre mesure drastique a été l’introduction du chômage partiel, dont je bénéficie à 50 % depuis le début du mois d’avril. Ce système devrait rester en place jusqu’à la fin du mois de septembre, chaque mois étant réévalué individuellement. Le volume de travail ne cesse de diminuer, alors je ne serais pas surpris qu’il augmente davantage.

Aussi difficiles que soient les réductions financières, je considère que le chômage partiel est raisonnable afin d’éviter les licenciements.

Inquiétudes à l’égard de mon emploi

Beaucoup de gens me demandent si j’ai peur de perdre mon emploi. Pour l’instant, je n’ai personnellement aucune raison de croire que je vais être licencié. D’une part, je suis conscient de l’importance de mon travail et de l’équipe dans laquelle je travaille et, d’autre part, je fais confiance au credo de la direction qui consiste à garder le plus grand nombre possible d’employés à bord.

J’ai également dû me rendre compte relativement tôt dans ma carrière de l’environnement dynamique dans lequel je travaille. L’évolution rapide des conditions du marché et les faillites de compagnies aériennes sont la règle plutôt que l’exception.

Avoir les nerfs solides est une condition préalable à mon rôle.

Je suis convaincu qu’avec l’assouplissement des conditions d’entrée des pays, les vols reprendront bientôt. Toutefois, je suppose qu’il y aura une forte réduction de la capacité, qui affectera principalement la surcapacité créée au cours des dernières années.

En ce qui concerne les prix, il y aura certainement une brève guerre des prix vers la fin de la crise pour relancer la demande. À long terme, cependant, je pense qu’il y aura une augmentation des prix due à la réduction de la concurrence.

Je m’attends que, dès le mois de mai, la situation des réservations pour les vols intérieurs et certaines destinations européennes commencera lentement à se rétablir.

Je ne peux pas dire quand exactement nous pourrons à nouveau nous déplacer sans hésitation dans l’espace Schengen, et encore moins à l’international. La seule chose qui est certaine, c’est que la façon dont nous pouvons voyager librement et sans restrictions cessera certainement d’exister.

Auteur

Ayant une soif insatiable de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par courriel et il lui fera un plaisir de vous répondre.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.