Entre le 15 juillet et le 15 août, les visiteurs devront se munir d’un permis pour accéder à la calanque de Sugiton, l’un des lieux les plus vulnérables du parc national des Calanques.

Somptueuses criques, eau couleur azur, montagnes verdoyantes. Ce n’est pas sans raison que le Parc national des Calanques est l’une des destinations les plus visitées de France. Chaque année, ce sont près de trois millions de visiteurs qui se rendent sur place pour contempler le riche écosystème qui fait des calanques un lieu unique. Afin d’éviter la surfréquentation néfaste, un permis de visite sera instauré pour accéder à la calanque de Sugiton, petite crique de Méditerranée menacée d’érosion. Les visiteurs qui voudront accéder à ce lieu devront donc préalablement réserver leur place en ligne entre le 15 juillet et le 15 août. Une première pour un parc national français.

Un permis pour visiter la calanque de Sugiton

La calanque de Sugiton, près de Marseille, est l’un des lieux les plus visités du parc national, en faisant « l’un des plus sensibles et des plus vulnérables », selon les responsables du parc. En été, lorsque les beaux jours sont à nos portes, c’est parfois plus de 2 000 visiteurs qui se rendent sur place.

« À ces niveaux de fréquentation, les visiteurs sont contraints de déborder sur les espaces naturels, créant des problèmes du piétinement et d’érosion majeurs, mettant en péril la flore et la régénération de la pinède, la qualité des milieux marins, caractéristiques de la richesse écologique et du charme de cette calanque. »

Parc national des Calanques

D’importants aménagements ont été réalisés pour accueillir les visiteurs dans de bonnes conditions et protéger les habitats sensibles. Des poteaux ont notamment été installés pour délimiter certaines zones interdites, mais ces mesures ne suffisent pas en été.

Les calanques de Marseille
Un permis sera bientôt nécessaire pour visiter la calanque de Sugiton, l’une des calanques les plus populaires de Marseille.

L’efficacité et la pérennité de ces aménagements sont, elles aussi, menacées par les fortes densités de fréquentations rencontrées. « Il y a vrai problème d’érosion sur ce site qui a un peu de terre, pas que de la roche. Des pins sont en danger de déchaussement », a expliqué un porte-parole du parc.

Réservation en ligne

Du 15 juillet au 15 août, au minimum, les visiteurs devront donc désormais se munir d’un permis pour visiter la calanque de Sugiton. Celui-ci sera gratuit, nominatif et valide pour le jour et la plage horaire considérée. L’obtention des permis se fera par le biais d’un système de réservation qui sera dévoilé en mars, ouvert au moins quatre semaines avant le jour de visite, « garantissant une équité d’accès pour tous les publics. » La mesure devrait être testée dès les week-ends de mai ou juin.

L’objectif sera de limiter l’afflux de visiteurs. Entre 200 et 300 personnes seront autorisées à visiter la calanque de Sugiton chaque jour. Des contrôles seront faits à deux points d’entrées de la calanque, « et même en fond de calanque », selon le parc.

Le permis pour visiter la calanque de Sugiton, en bref

Afin de lutter contre la surfréquentation de certains écosystèmes sensibles et vulnérables, tels que la calanque de Sugiton, le Parc national des calanques annonce instaurer un permis de visite. Ce nouveau dispositif sera testé dès le mois de mai. Si l’essai s’avère concluant, il sera alors mis en place entre le 15 juillet et le 15 août, au minimum.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter toutes les actualités sur la France, l’hôtellerie de luxe, les voyages et le tourisme, ainsi que le tourisme durable.

Auteur

Ayant une soif insatiable de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par courriel et il lui fera un plaisir de vous répondre.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.