Un porte-parole d’Air France l’a confirmé : les prix des vols long-courriers avec les deux compagnies sœurs sont maintenant plus onéreux.

Les conséquences du conflit russo-ukrainien frappent de plein fouet l’industrie touristique et le secteur aérien, déjà durement touchés par une pandémie qui s’éternise. Comme le prix du baril — et la demande — augmente, nombreuses sont les compagnies aériennes à annoncer une hausse du prix des billets d’avion. Plus récemment, ce sont Air France et KLM, les deux compagnies sœurs, qui ont annoncé ce que beaucoup redoutaient : la hausse des tarifs sur les vols long-courriers.

Une augmentation de plus de 40 euros pour les vols long-courriers

Les voyageurs en quête d’évasion l’ont probablement déjà remarqué : les prix des billets long-courriers d’Air France et KLM sont maintenant plus onéreux. Comme le prix du baril ne cesse d’augmenter, les deux compagnies aériennes du même groupe ont augmenté le tarif des billets des « vols long-courriers, pour un montant qui varie selon la destination et l’offre de voyage », a détaillé un porte-parole d’Air France.

A220 d'Air France
A220 d’Air France

Pour un vol long-courrier à destination des Caraïbes, les tarifs sont maintenant de plus de 600 euros pour un aller-retour. Le porte-parole d’Air France évoque un montant de plus de 40 euros sur un vol reliant Paris et La Havane, alors que la RTBF parle d’un montant similaire sur un vol reliant Amsterdam et New York en classe économique.

Lorsqu’on lui demande jusqu’à quand se prolongera cette augmentation, le porte-parole détaille qu’il est encore « trop tôt » pour se prononcer, car les « tarifs évoluent au jour le jour, en fonction de paramètres multiples. » En effet, l’augmentation du prix du pétrole et le prix du billet ne sont pas nécessairement corrélés. « C’est plutôt l’offre et la demande qui régit le tarif des billets », poursuit le porte-parole. Mais comme les coûts des carburants comptent pour 20 à 30 % des coûts globaux de la compagnie aérienne, l’augmentation du prix du pétrole a tout de même « un impact très important sur l’ensemble de nos compagnies. »

D’autres compagnies aériennes suivent le pas

Une tendance à la hausse se dessine dans tout le secteur aérien. Au début du mois de mars, le directeur financier de Lufthansa a expliqué que, comme les frais du kérosène, les frais de contrôle du trafic aérien et les frais d’aéroport sont en forte hausse, la hausse de prix était inévitable.

Plus récemment encore, c’était Royal Air Maroc qui s’inquiétait d’avoir à augmenter le prix des billets d’avion pour les vols à destination du Maroc. « Si la situation perdure, nous devrons sans doute augmenter les prix », avait expliqué Ilham Kazzini, la directrice du pôle commercial de la compagnie aérienne.

La hausse des billets d’avion d’Air France-KLM, en bref

Les répercussions du conflit russo-ukrainien sur les approvisionnements en carburants, notamment en kérosène, risquent d’avoir un impact sur le portefeuille des vacanciers. En effet, cet été, prendre l’avion coûtera plus cher, comme l’a confirmé un porte-parole d’Air France. Pour un vol long-courrier, il faut maintenant s’attendre à débourser plus de 40 euros.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter toutes les actualités sur la France, l’hôtellerie de luxe, les voyages et le tourisme, ainsi que le tourisme durable.

Auteur

Ayant une soif insatiable de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par courriel et il lui fera un plaisir de vous répondre.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.