Au Maroc, la saison estivale à venir est des plus prometteuses pour l’industrie touristique locale. Les touristes sont presque aussi nombreux qu’ils ne l’étaient en 2019, avant la pandémie.

Depuis la réouverture des frontières du Maroc, il y a un véritable engouement pour la destination. Les Français sont nombreux à vouloir franchir les frontières du pays. La demande est si forte que beaucoup de compagnies aériennes annoncent avoir retrouvé, voire dépassé, les niveaux des ventes et de fréquentation de 2019. Malheureusement, avec l’augmentation du prix du baril, il n’y a pas que le taux de fréquentation qui risque de connaître une importante hausse. Le prix des billets d’avion aussi.

Les compagnies aériennes retrouvent leurs niveaux pré-pandémiques

« Nous sommes au maximum de nos capacités entre la France et le Maroc. Sur certaines semaines, nous dépassons même les niveaux de trafic de 2019 ! », se réjouit Ilham Kazzini, directrice du pôle commercial de Royal Maroc, dans une entrevue accordée à l’Écho Touristique. Depuis la levée des restrictions d’entrée au Maroc, les Français se ruent sur les billets d’avion à destination du pays du Maghreb.

Maroc
Maroc

Selon Transavia, la compagnie aérienne low cost du groupe aérien Air France-KLM, il y aurait eu une véritable « explosion des ventes au moment de la réouverture des frontières. » Entre le 7 et le 13 mars, la compagnie aérienne aurait vendu 25 000 billets.

Cet été, Transavia planifie donc de proposer un programme de vol plus important encore que celui de 2019. En effet, la compagnie aérienne low cost planifie d’augmenter sa desserte du Maroc de 40 % en comparaison avec l’année précédent la crise sanitaire. La même tendance se dessine du côté d’Air France. Selon la compagnie aérienne française, le trafic entre la France et le Maroc serait déjà revenu aux niveaux de 2019.

À titre de comparaison, il y avait une soixante de liaisons franco-marocaines par jour avant la pandémie. Entre Paris et Marrakech seulement, on comptait une dizaine de vols quotidiens. 

La hausse du prix du baril inquiète

Une ombre plane toutefois sur la hausse de la demande pour les vols à destination du Maroc : la hausse du prix du baril. En effet, le pays n’échappe pas à la tendance inflationniste qui touche les marchés mondiaux. Les compagnies aériennes risquent ainsi de se voir contraintes d’augmenter le prix des billets d’avion pour les vols à destination du Maroc, s’inquiète Ilham Kazzini.

« Si la situation perdure, nous devrons sans doute augmenter les prix. Pour le moment, ça n’est pas le cas, car l’envie de voyage est si forte qu’elle nous permet de compenser cette flambée des prix […], mais l’aérien n’a jamais été un long fleuve tranquille.

Ilham Kazzini, la directrice du pôle commercial de Royal Maroc

L’augmentation du prix de l’essence est donc une véritable source d’inquiétude pour les compagnies aériennes. Comme la hausse est « forte et rapide », les compagnies aériennes doivent se préparer et anticiper, rappelle la directrice de Royal Air Maroc.

La hausse de la demande vers le Maroc, en bref

Au Maroc, l’heure est à la réjouissance pour l’industrie touristique locale. Depuis la levée des strictes conditions d’entrée pour les voyageurs vaccinés, les Français sont nombreux à vouloir prendre un vol à direction du royaume chérifien. La hausse du prix des billets d’avion inquiète toutefois les compagnies aériennes, qui planifient des programmes de vols aussi importants qu’en 2019.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter toutes les actualités sur la France, l’hôtellerie de luxe, les voyages et le tourisme, ainsi que le tourisme durable.

Auteur

Ayant une soif insatiable de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par courriel et il lui fera un plaisir de vous répondre.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.