En coopération avec l’Université de technologie de Delft, KLM a présenté le prototype d’un avion du futur : le Flying V.

Nous avons déjà souvent parlé du sujet Flying the Future. Mais à quoi ressemblera l’aviation du futur ? C’est une question que beaucoup de scientifiques et d’ingénieurs se posent, mais aussi de nombreux pilotes amateurs et passionnés d’aviation. Une équipe de recherche des Pays-Bas a examiné le sujet en détail et les résultats sont impressionnants.

Flying V sera-t-il l’avion du futur ?

Comment l’aviation doit-elle évoluer pour les vols futurs ? Sera-t-il suffisant pour que les avions volent silencieusement et consomment peu de carburant ? Ou doivent-t-ils transporter un plus grand nombre de passagers à la fois ?

Il faut trouver une combinaison des aspects écologiques et économiques. Cette année, Airbus a présenté le projet Maveric au salon aéronautique de Singapour. Le concept du Blended-Wing-Body, qui signifie une liaison aile-fuselage sans soudure, se caractérise par un fuselage aplati et de forme aérodynamique.

KLM Flying V prototype

Un autre projet des Pays-Bas, cependant, est en train d’attirer l’attention du public. Une équipe de recherche de l’Université technique de Delft a travaillé sur le projet pendant deux ans jusqu’à ce qu’il soit finalement soumis à un vol d’essai.

En juillet, un prototype du Flying V a décollé pour la première fois sur la base aérienne de Faßberg en Allemagne. Sur l’aérodrome militaire, le modèle d’une longueur de 2,76 mètres, d’une envergure de 3,06 mètres et d’un poids de 24,8 kilogrammes a été en l’air pendant environ cinq minutes.

Le premier test était très prometteur, mais il a également montré les faiblesses du Flying V. Le centre de gravité du modèle était trop éloigné, de sorte qu’il s’est élevé presque trop abruptement et a risqué de caler. Cependant, le pilote a pu empêcher cela au sol.

KLM Flying V modèle

En outre, le prototype s’est avéré sensible aux vents latéraux, ce qui a provoqué des vibrations de balancement. Cela aurait provoqué des turbulences lors d’un vol de passagers. De plus, le chassis s’est rompu à l’atterrissage. Cela signifie que le train d’atterrissage doit être déplacé plus en avant.

Un vol d’essai réussi

Néanmoins, le chef du projet, Roelof Vos, s’est montré très satisfait du premier vol d’essai. Il était heureux que l’avion ait décollé du sol et ait atterri de nouveau avec seulement quelques dégâts mineurs.

Les découvertes acquises lors du vol d’essai ont été plus importantes pour lui. Il explique que les tests pratiques sont énormément importants, car ils fournissent des données et des mesures importantes.

Comme le rapporte aerotelegraph.com, l’avion terminé sera équipé des mêmes moteurs que l’Airbus A350. En outre, l’avion doit transporter plus de 300 passagers, tout en consommant 20 % de carburant en moins.

Daniel Reckzeh d’Airbus était également présent lors du premier vol d’essai. Employé au sein du département de recherche et développement d’Airbus, il attend avec impatience la conception future des réservoirs. La forme du Flying V offre une variété de possibilités pour installer les réservoirs. Il pourrait aussi imaginer que le Flying V soit alimenté par de l’hydrogène.

Le projet Flying V en bref

Le Flying V pourrait-il être l’avion du futur ? Il faudra encore le tester et l’améliorer. Personnellement, je trouve le projet des Pays-Bas assez passionnant.

Il serait également intéressant de voir comment les cabines intérieures sont conçus et quel est le niveau de bruit à bord. Nous garderons un œil sur le projet Flying V !

Auteur

Tobias a une passion : voyager. Il vous dévoile comment voyager dans le luxe, et ce même avec un petit budget !

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.