Airbus tente de rendre l’aviation plus verte. À cette fin, le constructeur a présenté, le 21 septembre dernier, trois concepts d’avions commerciaux n’émettant aucune émission qui pourraient s’envoler dès 2035.

La question de la durabilité devient de plus en plus importante non seulement pour un nombre croissant de compagnies aériennes, mais aussi pour les constructeurs d’avions. Airbus vient de présenter son projet de lancer un avion commercial à zéro émission d’ici 2035, pour lequel trois concepts différents ont été présentés, comme l’a annoncé l’entreprise française dans un communiqué de presse.

L’hydrogène comme source d’énergie primaire

Les trois concepts du premier avion à émissions zéro au monde, qui ont été présentés par Airbus, ont tous une approche différente pour atteindre cet objectif. L’avionneur est actuellement à la recherche de diverses technologies afin de parvenir à la décarbonation du projet.

Les trois options présentées ont cependant un point commun, car elles utilisent toutes le même type de système de propulsion avec l’hydrogène comme source d’énergie primaire. Contrairement à une propulsion électrique par batterie, l’hydrogène est considéré comme  extrêmement prometteur.

« C’est un moment historique pour l’ensemble du secteur de l’aviation commerciale et nous avons l’intention de jouer un rôle de premier plan dans la transition la plus importante que cette industrie ait jamais connue. Les concepts que nous dévoilons offrent au monde un aperçu de notre ambition de mener une vision audacieuse pour l’avenir du vol sans émission. Je suis fermement convaincu que l’utilisation de l’hydrogène – à la fois dans les carburants synthétiques et comme source d’énergie primaire pour les avions commerciaux – peut réduire considérablement l’impact de l’aviation sur le climat », a mentionné Guillaume Faury, le PDG d’Airbus, dans le communiqué de presse.

Trois concepts pouvant accueillir jusqu’à 200 passagers

Ces trois concepts ont le nom de code ZEROe, qui signifie le premier avion commercial sans émissions et neutre sur le plan climatique.

Un turbofan pouvant accueillir jusqu’à 200 passagers

Le premier concept de l’avionneur est plutôt de conception classique et est très probablement comparé à un Airbus A320 en termes de portée et de taille. En effet, l’avion doit avoir une autonomie de 3 700 kilomètres et offrir de la place pour environ 120 à 200 passagers. L’avion doit voler sans émissions grâce à une turbine à gaz modifiée, alimentée par de l’hydrogène. Ce dernier sera stocké et distribué via les réservoirs situés derrière la cloison de pression arrière.

Un turboprop pouvant accueillir jusqu’à 100 passagers

Le deuxième concept d’Airbus comprend un avion légèrement plus petit, qui ne peut être comparé à un modèle actuel d’Airbus, car la société ne produit pas actuellement d’avions de passagers à turbopropulseurs. Par rapport à la conception du modèle précédent, l’autonomie n’est que de 2 000 kilomètres et l’avion n’offre de l’espace que pour 100 passagers. Il y a cependant une similitude dans le moteur à turbine à gaz modifié, qui sera également utilisé avec de l’hydrogène dans cet avion.

Un blended-wing body pouvant accueillir jusqu’à 200 passagers

Le plus extraordinaire des concepts rappelle fortement le projet Maveric, car ici aussi les surfaces d’appui se confondent avec le corps de l’avion. Dans le large fuselage de l’avion, il devrait y avoir suffisamment de possibilités pour stocker et distribuer suffisamment d’hydrogène. En outre, il devrait y avoir suffisamment d’espace pour l’aménagement de la cabine, de sorte que le modèle puisse transporter jusqu’à 200 passagers. Il devrait également avoir une portée de 3 700 kilomètres, similaire à la conception du turbofan.

Premier avion à entrer en service en 2035

Airbus prévoit de mettre en service l’un de ces trois concepts d’ici 2035. À première vue, cela semble très ambitieux, mais l’entreprise est consciente que divers facteurs jouent un rôle dans la réalisation d’un tel projet, comme une vaste infrastructure de transport et de ravitaillement en hydrogène pour les opérations quotidiennes dans les aéroports.

« Le passage à l’hydrogène, en tant que source d’énergie principale pour ces avions conceptuels, nécessitera une action décisive de la part de l’ensemble de l’écosystème de l’aviation. Avec le soutien de nos partenaires gouvernementaux et industriels, nous pouvons relever ce défi en développant les énergies renouvelables et l’hydrogène pour assurer un avenir durable à l’industrie aéronautique », a expliqué Guillaume Faury.

Cependant, il est plutôt clair qu’Airbus attend le soutien du gouvernement ainsi que de partenaires industriels. En effet, le constructeur dépend grandement d’un financement supplémentaire pour la recherche et la technologie et la promotion des carburants durables.

L’avion à zéro émission d’Airbus en bref

Le fait qu’Airbus arrive en plein milieu de la crise avec un concept pour le premier avion à zéro émission au monde est une nouvelle variée et positive. Même si les objectifs semblent très ambitieux, il reste passionnant de voir lequel de ces trois projets sera mis en œuvre et en quelle année un tel avion décollera réellement.

Auteur

Depuis que Lena a pris son premier vol long-courrier, les voyages font partie intégrante de son quotidien. Elle aime explorer de nouveaux pays et essayer ce qu'il y a de mieux en matière d'hébergement. Sur suitespot, elle vous emmène en voyage en vous partageant ses conseils et ses expériences ainsi que les tous derniers bons plans voyage.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.