Les relations politiques entre Cuba et les États-Unis s’abîment et cela se ressent sur tous les fronts. Ces derniers mois, voyager vers les États-Unis avec un simple ESTA n’est plus possible pour les voyageurs ayant séjourné antérieurement à Cuba.

On en est déjà bien conscients, les relations entre Cuba et les États-Unis ne sont pas simples. Des premiers rapprochements ont certes eu lieu sous l’administration Obama, mais une décision prise par le gouvernement de Donald Trump entraîne désormais de plus en plus de problèmes pour les touristes. Bien qu’étant un sujet peu officialisé, l’ESTA d’un voyageur devient invalide sur le sol américain s’il a séjourné à Cuba auparavant.

Voyager à Cuba présente des conséquences directes sur votre ESTA

Pour ceux qui souhaitent se rendre aux États-Unis depuis l’Europe, la tâche est redevenue relativement facile en ces temps post-Covid. Jusqu’à la veille du départ, il faut faire en ligne la demande de l’autorisation de voyage ESTA (Electronic System for Travel Authorization) dans le cadre du Visa Waiver Program. Celle-ci coûte 21 dollars américains et est valable deux ans ou jusqu’à l’expiration du passeport. Une fois la confirmation obtenue, plus rien ne s’oppose à un voyage aux Etats-Unis.

La Havane, à Cuba
La Havane, Cuba

Pourtant, ces derniers temps, de plus en plus d’informations font état de refus ou de retrait de l’ESTA lorsque le demandeur s’est rendu à Cuba au préalable. Pour les voyageurs, cela signifie qu’ils doivent faire la demande d’un vrai visa avant leur voyage aux États-Unis, ce qui implique un énorme travail d’organisation. De plus, il est actuellement presque impossible d’obtenir des rendez-vous dans les meilleurs délais.

Cuba-paysage
Cuba

Il n’y a pas encore eu d’annonce officielle à ce sujet de la part du gouvernement américain, toutefois, plusieurs clients de suitespot Hôtels, ainsi que de nombreux témoignages sur internet ou encore selon un article du Figaro, témoignent de cette mauvaise expérience devenue récurrente.

Il est impossible de dire combien de voyageurs ont été touchés jusqu’à présent, mais il semble clairement qu’il ne s’agisse pas de cas isolés. En mai dernier, dans un article sur la situation problématique du tourisme cubain, le Guardian a rapporté que dans certains groupes Whatsapp d’expatriés, d’innombrables témoignages indiquaient que des voyageurs prenant l’avion depuis La Havane vers des villes américaines s’étaient soudainement vu retirer leur ESTA de manière permanente.

La Havanne, Cuba
La Havanne, Cuba

Les journalistes du Guardian se sont vus être refusés de toute interview par l’ambassade américaine à Cuba et le ministère de la Sécurité intérieure américain. Des employés des compagnies aériennes American Airlines et JetBlue ont toutefois pu confirmer au journal que cela se produit désormais régulièrement.

Cuba inscrit par les États-Unis sur la liste des pays terroristes

La raison du retrait de l’ESTA aux touristes ayant voyagé à Cuba se base sur le fait que depuis janvier 2021, Cuba est catégorisé par le Département d’État américain comme « State Sponsor of Terrorism. » Outre Cuba, seuls la Syrie, la Corée du Nord et l’Iran figurent actuellement sur cette liste. Sur la demande ESTA, il n’est pas nécessaire de mentionner explicitement les voyages à Cuba. Il faut uniquement mentionner les voyages antérieurs en Iran, en Irak, au Yémen, au Soudan, en Somalie, en Corée du Nord, en Libye et en Syrie.

Pourtant, dans la foire aux questions du site officiel de l’ESTA, on trouve une question qui laisse perplexe. Il s’agit de la question de savoir comment la classification de Cuba en tant que pays terroriste peut influencer les voyages avec une autorisation ESTA déjà approuvée.

Comment la désignation de Cuba en tant qu’État parrain du terrorisme affecte-t-elle mon voyage aux États-Unis en utilisant mon ESTA approuvé ?


S’il s’avère qu’un voyageur a visité un pays désigné comme État parrain du terrorisme,
il ne peut plus bénéficier du programme d’exemption de visa et doit demander un visa pour entrer aux États-Unis.

U.S. Customs and Border Protection sur le site officiel de l’ESTA (en anglais)

L’information semble claire : pour tout voyageur ayant visité un pays classé sur la liste des pays terroristes, il n’est plus possible de participer au programme d’exemption de visa, c’est-à-dire de se rendre aux États-Unis uniquement avec l’ESTA. Une demande de visa sera alors nécessaire.

En revanche et selon divers témoignages, le problème se pose le plus souvent lors d’un voyage direct de Cuba vers les États-Unis, car il est alors évident que l’on y a séjourné auparavant, même seulement à des fins touristiques. Dans le cas d’un voyage plus ancien, cela peut également être vérifié par le tampon dans le passeport, de sorte que l’entrée aux États-Unis depuis la France peut également poser problème si l’on a séjourné à Cuba au cours des années précédentes.

Depuis quand Cuba est-elle classée parmi les « State Sponsor of Terrorism » ?

Le fait que Cuba soit classé comme « State Sponsor of Terrorism » n’est pas entièrement nouveau. Cette décision date du 12 janvier 2021 et donc des derniers jours de l’administration Trump. Il s’agissait d’envoyer un signal clair indiquant que le régime castriste mettait fin « au soutien du terrorisme international et à l’affaiblissement de la justice américaine. » Cuba n’avait pas figuré dans cette catégorie pendant près de six ans, l’administration Obama ayant retiré le pays de la liste dans le cadre de la normalisation des relations entre les deux pays.

La Havanne, Cuba
La Havanne, Cuba

Mais alors pourquoi n’a-t-on pas entendu parler de ces changements ? C’est plutôt simple. Parallèlement à l’inscription de Cuba sur la liste des pays terroristes, la pandémie s’est déclarée dans le monde entier et les voyages vers les États-Unis ont été quasiment annulés pendant plus d’un an et demi. Un tel sujet est donc naturellement passé à travers les mailles du filet et ressurgit aujourd’hui alors que le tourisme reprend.

Que doivent faire les voyageurs ?

Il est difficile de donner des conseils clairs sur la manière d’agir. Ayant reçu des témoignages de personnes ayant été affectée par ces nouvelles, comme d’autres ne l’ayant pas été, il est recommandé de prendre contact à temps avec la représentation américaine compétente avant d’entrer dans le pays. Avoir à demander un visa peut totalement remettre en question votre projet de voyage. En effet, les délais sont considérablement longs actuellement. En février de cette année, les premières dates possibles n’étaient à nouveau disponibles qu’en juin, soit près de six mois plus tard. Aujourd’hui encore, la situation semble toujours aussi tendue.

Certains d’entre vous ont-ils fait expérience de ce problème ? N’hésitez pas à nous le faire savoir dans les commentaires !

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter toutes les actualités sur la France, l’hôtellerie de luxe, les voyages et le tourisme, ainsi que le tourisme durable.

Auteur

Anna est rarement au même endroit pendant plus de quelques jours. Qu'il soit court ou long, il y a toujours un voyage d'inscrit à son calendrier. Après avoir étudié le tourisme, elle a pu faire de sa passion son métier et vous partage aujourd'hui ses expériences et ses conseils sur suitespot.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

  • Ma petite famille vient de vivre tristement cette mésaventure…Allant aux états Unis pour assister au mariage d’une amie, nous avons voulu passer quelques jours de repos à Cuba avant de
    rejoindre New York. Quand on part à Cuba le 11/07 tout était au vert : visa pour Cuba et ESTA pour les Etats unis dans la poche. Mais voilà…la veille de notre vol entre la Havane et New York, on recoit un mail de l’US customs and Border protection nous disant que le statut de notre ESTA a été modifié : “denied”…Impossible de prendre le vol. Nous avons du prendre des billets à la hâte pour rentrer Paris avec des escales. Bref…le préjudice est énorme pour nous.

    • Bonjour Omar,
      Je suis désolée d’apprendre ce triste événement… Ça a dû être quelques jours bien stressants… Mais merci pour votre partage, peut-être ce retour d’expérience permettra-t-il d’aider d’autres voyageurs.

Afficher tous les commentaires (1)