Il n’est pas surprenant que la plupart des transporteurs à bas prix, qui sont tout aussi exposés aux effets de la pandémie, envisagent de nouvelles stratégies dans le secteur. Cependant, le PDG de Ryanair rejette fondamentalement l’idée de transférer le modèle commercial des compagnies aériennes à bas prix vers le long-courrier.

Le concept d’entreprise des compagnies aériennes low cost, qui consiste à pouvoir remplir ses avions avec des billets à bas prix, atteint encore plus ses limites face à la deuxième vague de la crise et fait subir à Ryanair, ainsi qu’à de nombreuses autres compagnies aériennes, des pertes élevées. Compte tenu de l’arrivée imminente du Boeing 737 MAX 8-200, la compagnie pourrait également passer aux vols long-courriers, mais le PDG Michael O’Leary ne semble pas particulièrement convaincu par ce concept, même dans la perspective d’une éventuelle reprise l’année prochaine. Le PDG de Ryanair reste cependant optimiste et ne voit actuellement que peu de concurrence en Europe.

Les itinéraires long-courriers à bas prix mettraient en cause la rentabilité

Le fait que Ryanair soit toujours capable de rester sur le marché malgré la grave crise est principalement dû à son importance en tant que transporteur à bas prix.

Certaines autres compagnies aériennes low cost ont déjà essayé de développer l’idée d’opérer en dehors de l’Europe et de proposer un certain nombre de vols long-courriers à bas prix ces dernières années, mais sans succès notable. Le PDG de Ryanair, Michael O’Leary, est également conscient des conséquences dramatiques de la crise, mais considère que cette stratégie est fondamentalement erronée.

« La stratégie des vols long-courriers est différente. Pour les vols court-courriers, le plus important est le prix. C’est différent du côté des vols long-courriers ; il n’y a pas que le prix qui compte. »

Michael O’Leary, PDG de Ryanair

Pour O’Leary, le problème réside principalement dans le fait que le concept consistant à proposer des vols long courriers à des prix très bas n’est absolument pas rentable, comme l’a récemment signalé Simple Flying. On l’a déjà vu avec des pionniers tels que Primera Air ou WOW Air, qui ont finalement fait faillite en raison de leur stratégie peu rentable.

Des facteurs externes jouent également un rôle important, tels que l’augmentation constante du prix des carburants et les problèmes économiques, comme ceux que nous connaissons actuellement en période de pandémie.

Ryanair

Selon le PDG de Ryanair, un autre aspect est important pour les vols long-courriers. Habituellement, les classes supérieures des compagnies aériennes long-courriers sont particulièrement importantes pour la rentabilité du vol. Même si le nombre de passagers à l’avant est clairement minoritaire, les prix élevés des billets en classe affaires et en première classe sur certaines liaisons sont économiquement très importants et permettent aux compagnies aériennes de mener une activité rentable, même si les sièges arrière restent libres. O’Leary ne voit donc pas l’intérêt de transférer le concept à bas prix sur les vols long-courriers.

« Fondamentalement, je n’ai jamais été un partisan du long-courrier et du low-cost. Le problème est que, sur le long terme, c’est une autre affaire. Il y aura toujours 15 ou 20 % de la population qui paieront des primes ridicules pour la première classe et la classe affaires. »

Michael O’Leary, PDG de Ryanair

Bien qu’aucune autre proposition n’ait été annoncée par le PDG de la compagnie aérienne quant à la manière dont Ryanair entend rester compétitif sur le marché dans les mois à venir, Ryanair ne se tournera en aucun cas vers les vols long-courriers. Le transporteur à bas prix continuera donc à se concentrer sur desservir l’Europe.

Le rejet des vols long-courriers par le PDG de Ryanair en bref

Le modèle commercial de la compagnie à bas prix, qui consiste à pouvoir remplir ses avions avec des billets relativement moins chers, atteint ses limites encore plus fortement, notamment en raison de la deuxième vague de la pandémie, et semble faire subir à Ryanair, ainsi qu’à de nombreuses autres compagnies aériennes, de lourdes pertes. Néanmoins, le directeur de Ryanair rejette catégoriquement l’idée d’offrir des vols long-courriers bon marché avec l’arrivée imminente du 737 MAX, que d’autres compagnies aériennes ont déjà essayé en vain.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletter. Chaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Depuis que Karolin a sauté dans un avion pour la première fois, son enthousiasme pour les voyages et la découverte de nouveaux pays ainsi que sa passion pour la francophonie n'ont cessé de croître chaque jour.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.