La situation sanitaire à La Réunion se dégrade. Ce faisant, le préfet a annoncé renforcer le contrôle des motifs impérieux afin de ralentir l’afflux de touristes venant de l’Hexagone.

Malgré l’annonce récente du gouvernement concernant la mise en place des motifs impérieux pour voyager vers les territoires d’Outre-mer, il semblerait que plusieurs Français aient tenté de transgresser cette règle au cours des dernières semaines, les contrôles aux frontières étant plutôt laxistes. Afin de renforcer le contrôle des motifs impérieux, le préfet de La Réunion a annoncé mettre en place de nouveaux outils permettant une meilleure analyse des dérogations. Une vue d’ensemble.

Des agents se relayant en tout temps

Malgré l’interdiction de voyager vers les territoires d’Outre-mer et vers l’international, les voyageurs affluent dans les aéroports, la rumeur concernant le relâchement des contrôles des motifs impérieux aux frontières s’étant répandue comme une traînée de poudre.

En raison de la crise sanitaire et de l’inquiétude grandissante face aux variants, le préfet de La Réunion a décidé de resserrer l’étau. À compter du 3 mars prochain, les voyageurs voyageant au départ de la France vers La Réunion ainsi qu’en sens contraire devront désormais remplir un formulaire en ligne et y indiquer la raison de leur voyage, six jours au plus tard avant la date de leurs vols. Pour tous les vols entre Mayotte et La Réunion, ce formulaire devra être dûment rempli à compter du 27 février.

Les voyageurs devront entre autres y indiquer la raison de leur déplacement. « Si le motif impérieux invoqué n’est pas justifié », ils en seront informés « 48 heures avant l’heure du vol » et ne seront ainsi pas en mesure de prendre l’avion. Des agents se relayant en tout temps, appuyés par des experts de la police aux frontières, seront responsables de vérifier toutes les pièces justifiant un motif impérieux.

Bien entendu, en cas d’urgence dûment justifiée, tel qu’un décès, le délai de dépôt du dossier de six jours pourra être raccourci.

Une situation sanitaire tendue

Le 17 février dernier, le préfet de La Réunion a annoncé de nouvelles mesures restrictives pour lutter contre la propagation du coronavirus à La Réunion. Au total, sept communes sont maintenant sous couvre-feu entre 22 h et 5 h à La Réunion : Port, La Possession, Saint-Leu, Saint-Louis, L’Étang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne.

Malheureusement, malgré la mise en place de nouvelles mesures, la situation sanitaire reste tendue dans les hôpitaux de La Réunion, les taux d’occupation en blocs de réanimation des établissements du CHU de La Réunion ayant atteint 90 %.

Ce faisant, Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-mer, a demandé au préfet de La Réunion le 22 février dernier d’imposer de nouvelles mesures sanitaires à La Réunion. De nouvelles mesures sanitaires devraient donc être instaurées sur place dans les prochains jours.

Le renforcement du contrôle des motifs impérieux à La Réunion

La situation sanitaire à La Réunion se dégrade de plus en plus. En raison de la pression sur les hôpitaux et du nombre de cas à la hausse, le préfet de La Réunion n’a pas eu d’autres choix que d’imposer des mesures plus strictes visant à ralentir l’arrivée de voyageurs. D’autres mesures sanitaires sur place devraient également être annoncées dans les prochains jours.

Auteur

Ayant une soif insatiable de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par courriel et il lui fera un plaisir de vous répondre.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.