Les réservations en classe Premium Economy augmentent de plus en plus, et pas seulement à cause de crise sanitaire. Pour les compagnies aériennes, cette classe intermédiaire est une véritable mine d’or.

La classe Premium Economy est une véritable mine d’or pour les compagnies aériennes du monde entier. Les recettes générées par la classe intermédiaire dépassent les attentes. Comme les réservations sont nombreuses, de plus en plus de compagnies aériennes prévoient d’introduire la PEco, comme le rapporte Bloomberg. L’expansion et l’installation de la Premium Economy se fait toutefois au détriment des classes Business qui généraient des revenus plus élevés encore.

Les compagnies aériennes ne peuvent plus « forcer les passagers à entrer dans une ou deux catégories »

Bien que les sièges en classe économique soient bien souvent les plus populaires auprès des passagers, ce sont les premières rangées de l’avion qui génèrent la plupart des bénéfices des compagnies aériennes. Lorsque la crise sanitaire a frappé, les voyages d’affaires se sont toutefois effondrés, entraînant une baisse d’occupation des sièges en classe Business. Les compagnies aériennes ont donc été contraintes de chercher de nouveaux moyens de compenser les nouvelles pertes engendrées par le manque de voyageurs d’affaires.

Classe Premium Economy d'Air France
Classe Premium Economy d’Air France

De plus en plus de compagnies aériennes ont décidé de miser sur un produit intermédiaire : la classe Premium Economy. Cette classe de voyage se situe entre la classe économique à bas prix et la classe Business très coûteuse.

« Les gens veulent désespérément prendre leur vie en main et les compagnies aériennes ne peuvent plus les forcer à se cantonner à une ou deux catégories. »

Juha Jarvinen, directeur commercial de Virgin Atlantic

Les passagers semblent déjà favorables à l’idée de payer deux fois le prix du tarif le moins cher de la classe économique pour bénéficier d’un peu plus de liberté de mouvement. La crise sanitaire, notamment, a permis à la classe Premium Economy de gagner en notoriété, car les passagers disposent de plus d’espace.

33 % de revenus en plus

La Covid-19 n’est pas la seule responsable de la nouvelle popularité de la Premium Economy. Même avant la pandémie, les réservations étaient en hausse constante, avec une augmentation de 5 % au cours des trois dernières années avant la crise sanitaire. Le cabinet d’études de marché Counterpoint Market Intelligence prévoit par ailleurs que le rythme s’accélérera, car de plus en plus de compagnies aériennes cherchent à ajouter des sièges Premium Economy à bord de leurs avions. Ceux-ci sont plus spacieux, offrent une meilleure position d’inclinaison et comptent des écrans plus grands.

Ces sièges sont particulièrement rentables pour les compagnies aériennes, car les sièges PEco n’occupent en moyenne que 10 % de plus d’espace que les sièges classiques de la classe économique, alors qu’un siège en classe Business occupe en moyenne trois fois plus d’espace.

Lufthansa a récemment déclaré qu’elle était en mesure de réaliser 33 % de recettes en plus avec la populaire classe intermédiaire qu’avec la classe économique normal, et même 6 % de plus qu’avec la classe Business. La classe Premium Economy est par ailleurs 40 % plus rentable que la classe Business, selon Lufthansa.

La Premium Economy, en bref

La classe Premium Economy continue de jouir d’une popularité croissante, et pas seulement grâce à la crise sanitaire. Les passagers sont prêts à payer beaucoup plus qu’un billet en classe économique pour bénéficier d’un peu plus de confort. Pour les compagnies aériennes, il s’agit évidemment d’une véritable mine d’or, ce qui est bien sûr d’autant plus important après la pandémie.

Auteur

Il fut un temps où Max était plus souvent assis dans un avion que dans le tram, alors il a décidé de commencer à écrire pour expliquer à tous comment gagner des miles pour voyager sans se ruiner.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.