Norwegian cherche à se mettre à l’abri de ses créanciers, tandis que le transporteur à petit budget tente de restructurer l’entreprise et de survivre à la pandémie.

En Irlande, Norwegian a placé ses propres filiales à l’abri des créanciers afin de réduire la dette de la compagnie aérienne, d’ajuster la structure de la flotte et d’obtenir de nouveaux capitaux. C’est entre autres ce que rapporte Le Figaro.

Deux filiales à l’abri des créanciers

La compagnie aérienne à bas prix Norwegian a annoncé le 18 novembre dernier qu’elle a décidé de mettre ses deux filiales Norwegian Air International et Arctic Aviation Assets à l’abri de ses créanciers.

En Irlande, cette mesure est une mesure de protection de la loi irlandaise sur les faillites, soit l’équivalent du fameux chapitre 11 américain

« Le but de la procédure est de réduire les dettes, d’ajuster la structure de la flotte et d’obtenir de nouveaux capitaux », a déclaré Norwegian.

« Demander la protection de la loi irlandaise pour se réorganiser est une décision que nous avons prise pour assurer l’avenir de Norwegian au profit de nos employés, de nos clients et de nos investisseurs. […] Notre objectif est de trouver avec nos parties prenantes des solutions qui nous permettront d’émerger en tant que compagnie aérienne financièrement plus forte et plus sûre », a déclaré Jacob Schram, le PDG de la compagnie aérienne.

Norwegian a été fondée en 1993 et a connu une expansion rapide il y a près de dix ans, en essayant d’appliquer aux vols transatlantiques le modèle commercial introduit par Ryanair en Europe. Mais cette stratégie agressive a laissé à la compagnie aérienne d’énormes dettes et peu de marges de manœuvre lorsque les choses ont mal tourné.

« Une gifle en plein visage »

Norwegian a annoncé mercredi qu’elle continuera à exploiter son réseau de lignes, qui a été sévèrement restreint par le coronavirus.

La compagnie aérienne a averti la semaine dernière qu’elle aurait besoin de liquidités supplémentaires pour poursuivre ses activités jusqu’au premier trimestre de l’année prochaine et au-delà. En mai, Norwegian a reçu un prêt garanti par l’État de 3 milliards de couronnes norvégiennes (environ 400 millions d’euros), mais le gouvernement du pays a récemment exclu toute aide financière supplémentaire – une décision que le PDG de la compagnie aérienne a décrite comme « une gifle en plein visage. »

Le transporteur à bas prix n’a transporté qu’un million de passagers au troisième trimestre, contre 10,5 millions à la même période l’année dernière. La perte d’exploitation trimestrielle s’élevait à 2,8 milliards de couronnes (environ 380 millions d’euros), alors que les liquidités n’étaient plus que de 3,4 milliards de couronnes (460 millions d’euros) à la fin du mois de septembre.

Norwegian à l’abri de ses créanciers en bref

Alors que Norwegian était déjà aux prises avec des problèmes majeurs avant la pandémie, la situation de la compagnie aérienne ne fait que s’aggraver. La compagnie aérienne a donc dû se mettre sous la protection des créanciers pour ses filiales en Irlande afin de pouvoir travailler à la restructuration. La mesure dans laquelle cela peut aider la compagnie aérienne sera évidente dans les semaines et les mois à venir.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletter. Chaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Il fut un temps où Max était plus souvent assis dans un avion que dans le tram, alors il a décidé de commencer à écrire pour expliquer à tous comment gagner des miles pour voyager sans se ruiner.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.