L’IATA ne s’attend pas à ce que le secteur de l’aviation se rétablisse complètement avant au moins quatre ans, ce qui contredit les prévisions antérieures des compagnies aériennes.

Le trafic aérien mondial ne devrait pas se remettre de la crise sanitaire avant 2024, comme l’a récemment annoncé l’Association internationale du transport aérien (IATA). C’est un an plus tard que ce que prévoient les compagnies aériennes.

« La force de la reprise est très faible »

Le panel, qui représente 290 compagnies aériennes, a attribué la lenteur de la reprise à un certain nombre de facteurs, notamment le manque de confiance des consommateurs, la diminution des voyages d’affaires et les nouveaux clusters aux États-Unis et ailleurs.

Avion United au coucher de soleil

La prévision de base révisée prévoit que le trafic international de passagers diminuera globalement de 55 % en 2020 par rapport à 2019. En avril encore, l’IATA avait prédit une baisse de 46 % seulement.

« Le trafic passagers a atteint son point le plus bas en avril, mais la force de la reprise a été très faible. Là où nous avons constaté une amélioration, c’est dans le trafic intérieur », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l’IATA.

Le nombre de passagers devrait augmenter de 62 % l’année prochaine, mais il devrait toutefois être 30 % plus faible qu’avant la pandémie. Le rétablissement complet n’est pas attendu avant quatre ans.

Les décisions spontanées perturbent les voyageurs

Il n’est pas surprenant que le trafic court-courrier se rétablisse plus rapidement que le trafic long courrier, en raison du niveau de confort des passagers, mais aussi parce que les marchés internationaux restent largement fermés.

« La confiance des consommateurs est minée et la décision prise par le Royaume-Uni ce week-end d’imposer une quarantaine générale à tous les voyageurs revenant d’Espagne n’aide pas », a déclaré M. de Juniac.

Samedi, le gouvernement britannique a fait volte-face et a rétabli les mesures de quatorzaine avec effet immédiat pour tous les voyageurs revenant d’Espagne, suite à une augmentation du nombre de cas de coronavirus dans le pays.

De nombreux vacanciers britanniques ont été surpris par cette décision. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a défendu cette nouvelle mesure en déclarant à Sky News que « la décision a été prise le plus rapidement possible et nous ne pouvons pas nous en excuser. »

Tout indique que la phase de redressement sera plus longue

En ce qui concerne le trafic intérieur des pays, les compagnies aériennes chinoises sont en tête de la reprise, avec une baisse de 35,5 % du trafic en juin par rapport à 2019, contre une baisse de 46,3 % en mai.

Selon l’IATA, les avancées scientifiques dans la lutte contre le coronavirus, notamment la mise au point d’un vaccin efficace, pourraient permettre une récupération plus rapide. Mais pour l’instant, l’avenir semble sombre.

« Dans de nombreuses régions du monde, les infections continuent d’augmenter. Tout cela laisse présager une reprise plus longue et plus douloureuse pour l’industrie et l’économie mondiale », a déclaré M. de Juniac.

Compte tenu des difficultés financières des compagnies aériennes, les gouvernements doivent poursuivre leurs mesures d’aide pour empêcher la disparition des compagnies aériennes, a déclaré le panel des compagnies aériennes.

Il y a peu de chances d’une reprise du transport aérien international si les gouvernements ne trouvent pas rapidement et résolument des solutions de rechange aux fermetures de frontières, qui détruisent la demande.

Les prévisions de l’IATA en bref

Jamais auparavant le transport aérien international n’a été confronté à une telle crise. En conséquence, de nombreuses compagnies aériennes ont été poussées au bord du gouffre, et un certain nombre d’entre elles se sont effondrées. Maintenant, l’IATA doit également tempérer les espoirs des compagnies aériennes. Après tout, de telles prévisions peuvent aider les compagnies aériennes dans leur planification future, afin qu’elles n’aient pas à faire face à d’autres mauvaises surprises.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletterChaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Il fut un temps où Max était plus souvent assis dans un avion que dans le tram, alors il a décidé de commencer à écrire pour expliquer à tous comment gagner des miles pour voyager sans se ruiner.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.