La société mère de British Airways, IAG, a enregistré des pertes d’environ 2,1 milliards d’euros au deuxième trimestre de cette année en raison de la crise de Corona. Il faut maintenant les compenser – d’une part par des augmentations de capital, mais aussi par des économies importantes. 

L’effondrement de l’aviation mondiale au printemps de cette année continue à avoir un large impact. L’IAG a enregistré plus de deux milliards d’euros de pertes cette année à cause de Covid-19, contre près de 735 millions d’euros de bénéfices l’année dernière. Un long chemin de redressement est imminent et il est peu probable qu’il soit possible de s’en sortir sans réductions.

Iberia et British Airways réduisent considérablement leur flotte

IAG, la société mère des compagnies aériennes British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus et Level, a enregistré une baisse de 89 % de son chiffre d’affaires en raison de Covid-19 – l’un des chiffres les plus élevés de toutes les compagnies aériennes du monde.

Ces pertes se font maintenant sentir et limitent massivement les performances du groupe, signalé pour la première fois après un message de Londres vendredi dernier.

En outre, ces derniers mois, des dépenses supplémentaires de 700 millions d’euros ont été effectuées pour les anciens avions et les accessoires connexes, ce qui a aggravé la situation.

British Airways avion

Au début du mois British Airways avait déjà mis hors service 32 avions de type Boeing 747, comme nous l’avions signalé il y a quelques semaines.

En outre, la compagnie nationale espagnole Iberia devra également se passer de certains avions à l’avenir, car 15 Airbus A340, dont la rentabilité est mise en doute depuis un certain temps, ont été retirés avec effet immédiat. En tout cas, les avions long-courriers ne sont pas actuellement très demandés, pour des raisons évidentes.

Les augmentations et réductions de capital visent à stabiliser la situation financière

Au cours du deuxième trimestre de l’année, le nombre de passagers a chuté de manière encore plus radicale que l’ensemble des vols proposés par le groupe IAG. C’est l’une des raisons pour lesquelles aucune prévision d’activité n’est communiquée par la direction à l’heure actuelle.

Comme le montre l’annonce faite vendredi dernier à Londres, aucune reprise du trafic aérien n’est attendue avant le printemps 2023.

Iberia avion Airbus

Avec des augmentations de capital allant jusqu’à 2,75 milliards d’euros, cette situation difficile devrait maintenant être surmontée pour l’instant. La semaine dernière, la coopération avec le fournisseur américain de cartes de crédit American Express a été étendue, générant 800 millions d’euros supplémentaires pour l’année civile à venir.

Toutefois, comme ces mesures ne seront pas suffisantes, une réduction massive des emplois internes coûtera probablement à divers employés leur emploi. Actuellement, l’IAG s’attend à des milliers de suppressions d’emplois et de licenciements d’ici la fin de l’année – une triste prévision.

La situation de crise de l’IAG en bref

Malheureusement, il est non seulement inévitable qu’une telle situation de crise mondiale laisse des traces dans les très grandes compagnies aériennes, mais c’est souvent un processus à long terme.

En particulier, la persistance de la maladie Covid-19 et les restrictions qui y sont associées rendent de plus en plus improbable une reprise rapide de l’aviation internationale.

Dans la situation actuelle, nous ne pouvons qu’espérer que le moins possible de salariés perdent leur emploi en raison d’éventuelles mesures de chômage partiel – bien sûr, nous croisons les doigts !

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletter. Chaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.


Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Lilli préfère être dans les nuages. La soif de voyage est sa compagne de tous les instants. Lorsqu'elle n'est pas occupée par ses études à Berlin, elle s'assoit quelque part dans le monde, derrière son ordinateur portable, et vous fait part des actualités du monde du tourisme, ici même sur suitespot.fr.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.