La Commission européenne travaille actuellement sur une proposition d’ouverture des frontières extérieures le 1ᵉʳ juillet 2020, mais seulement pour certains pays. Les États-Unis ne sont pas concernés.

Depuis plus de trois mois maintenant, les voyages entre l’Europe et l’Amérique du Nord sont plus ou moins au point mort. Les États-Unis ont imposé une interdiction d’entrée à la plupart des pays européens le 12 mars dernier. Quelques jours plus tard, l’Union européenne a suivi le mouvement en adoptant une réglementation identique pour les Américains, qui se sont depuis vu également interdire l’entrée dans l’UE. L’interdiction d’entrée aux États-Unis pour les citoyens de l’UE a été prolongée indéfiniment en avril et l’ouverture des frontières de l’Union européenne aux citoyens américains reste incertaine.

Les États-Unis, la Chine et la Russie sont touchés par l’interdiction de la Commission européenne

Le New York Times a appris que la Commission européenne travaille actuellement sur une liste de pays dont les citoyens seraient autorisés à franchir les frontières de l’UE à partir du 1ᵉʳ juillet. Les États-Unis ne figureraient toutefois pas sur cette liste. Il en va de même pour les puissances économiques que sont la Russie et le Brésil, qui sont aussi particulièrement touchées par le coronavirus.

New York, USA

Selon le New York Times, près de 50 pays figurent sur la liste proposée, soit les pays qui ont moins d’infections pour 100 000 habitants que les pays européens. Dans l’UE, la moyenne est actuellement de 16 personnes infectées pour 100 000 habitants.

Il est donc évident que, quelle que soit la frontière, les États-Unis n’auraient aucune chance de figurer sur la liste. Aux États-Unis, le chiffre actuel est de 107 personnes infectées pour 100 000 habitants, au Brésil il est même de 190 personnes infectées.

L’UE prévoit d’ouvrir ses frontières à la Chine et au Vietnam

Selon le New York Times, la Chine ainsi que le Vietnam, l’Ouganda et Cuba seraient présents sur la liste de la Commission européenne. De nombreux pays d’Asie du Sud-Est, dont la Malaisie, l’Indonésie et la Thaïlande, ainsi que d’Afrique du Nord, comme la Tunisie ou le Maroc, sont également susceptibles de figurer sur la liste.

Il est presque certain que les pays d’Extrême-Orient, en plus de la Chine, y compris le Japon et la Corée du Sud, ainsi que Taïwan, figureront aussi sur la liste.

En revanche, les Émirats arabes unis, Singapour ou Israël, par exemple, seraient des candidats non favorables. Ils comptent tous plus de 20 personnes infectées pour 100 000 habitants.

La recommandation de la Commission européenne sera évaluée toutes les deux semaines. Les pays pourraient alors être retirés ou ajoutés à la liste.

Les États décident de l’ouverture de leurs frontières

Cette liste n’est qu’une recommandation, La Commission européenne n’a pas la possibilité de décider de l’ouverture ou de la fermeture des frontières des pays membres. La décision d’ouvrir les frontières extérieures revient aux États membres ; ils n’ont pas à suivre les recommandations de la Commission européenne.

Cependant, la conséquence de l’absence d’une décision commune pourrait être l’introduction de contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen, comme le met en garde la Commission. Alors que l’Islande, par exemple, a déjà annoncé qu’elle accueillerait à nouveau des citoyens américains à partir du 1ᵉʳ juillet, la Norvège a récemment exclu l’ouverture de ses frontières à cette date.

L’ouverture des frontières est souvent réciproque

Fondamentalement, la liste de recommandations de la Commission européenne concerne les voyages vers l’UE, et non vers d’autres pays. Il est toutefois important de noter que les restrictions d’entrée sont, dans la plupart des cas, émises réciproquement pour de simples raisons diplomatiques.

Concrètement, cela signifie que si la Commission européenne recommande l’ouverture des frontières et que les États la mettent en œuvre, on peut supposer qu’une ouverture réciproque aura également lieu.

On ignore encore si les ouvertures seront accompagnées de l’obligation de présenter un test de dépistage du coronavirus à l’entrée.

L’ouverture des frontières de l’UE en bref

La Commission européenne prévoit de recommander l’ouverture des frontières avec de nombreux pays le 1ᵉʳ juillet prochain, mais les citoyens des États-Unis ne seront toutefois fort probablement pas autorisés d’entrer sur le continent. La liste concrète est toujours en cours de négociation et un résultat est attendu d’ici la fin de la semaine.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletterChaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Moritz n'aime pas seulement découvrir de nouveaux endroits ; il aime également séjourner dans les plus grands hôtels de luxe du monde entier. À la recherche constante de nouvelles expériences, Moritz a testé plus d'une dizaines de compagnies aériennes et exploré plus d'une centaine de villes. Il vous fait part de ses expériences sur suitespot.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.