Afin de réduire ses coûts et limiter l’impact financier de la crise sanitaire, Airbus prévoit d’entreprendre d’importantes suppressions d’emplois volontaires.

Tel que l’a dévoilé Bloomberg le 20 juin dernier, Airbus envisage des licenciements volontaires et des retraites anticipés dans l’ensemble de ses activités de production, dont le total devrait se situer entre 12 000 et 16 000 employés.

« Nous avons encore des mesures à prendre »

Faisant face à une baisse de la demande qui ne semble pas près de se rétablir, Airbus doit réduire ses coûts afin de trouver un équilibre financier stable d’ici la fin de l’année. Par conséquent, le constructeur est contraint de réduire ses effectifs.

« Nous avons perdu plus d’un tiers de notre activité d’aviation commerciale, et nos coûts continuent de dépasser largement nos revenus. Ce n’est pas tenable. (…) Nous avons encore des mesures à prendre pour retrouver notre équilibre industriel et financier », a expliqué Guillaume Faury, le président d’Airbus, dans un courrier adressé aux salariés de l’entreprise.

Alors que la production est réduite de 40 % pour les années 2020 et 2021, Guillaume Faury a mentionné qu’il allait donner des directives plus détaillées aux employés d’ici la fin juillet concernant la possible restructuration.

Avion airbus

Le nouveau plan de restructuration pourrait atteindre jusqu’à 10 % des effectifs totaux, ce qui représente 136 000 personnes dans le monde entier. Ce sont donc 13 000 postes qui risquent d’être atteints.

À l’heure actuelle, Airbus n’a toujours pas mis en place de plan de suppression d’emplois permanents, mais il a réduit la production et mis les ouvriers en congé forcé.

La production est en baisse

Dans son courrier, Guillaume Faury a rappelé au personnel que le trafic aérien n’atteindra probablement pas les niveaux d’avant la crise avant 2023 au plus tôt, voire peut-être pas avant 2025.

Selon lui, si le trafic aérien se rétablit plus lentement que prévu au cours du second semestre de l’année ou de l’année prochaine, la société pourrait être obligée de réduire encore plus sa production, « poussant la production à des niveaux dangereusement bas. »

Les suppressions d’emplois du côté d’Airbus en bref

Alors que l’industrie aéronautique français a reçu une importante part d’aide de l’État, cela ne semble pas suffisant. Après qu’Air France ait annoncé avoir à supprimer plusieurs milliers de postes d’ici 2022, c’est au tour d’Airbus d’annoncer une mesure similaire. Rien n’est encore coulé dans le béton, mais l’avenir n’est pas de bon augure pour les salariés de l’entreprise.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletterChaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Passionnée de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par email et il lui fera un plaisir de vous répondre !

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.