La semaine dernière, un collectif de défense de l’environnement a déposé un recours au Tribunal administratif niçois contre le projet d’extension du terminal 2 de l’aéroport Nice-Côte d’Azur. Le projet serait nocif pour l’environnement.

Pour la défense de l’environnement

Trois associations de défense de l’environnement ont annoncé avoir déposé un recours au tribunal administratif contre le projet d’extension de l’aéroport de Nice Côte d’Azur, deuxième hub international de France après Paris-Charles de Gaulle.

En outre, elles demandent l’annulation du permis de construire accordé le 13 janvier dernier par la préfecture des Alpes-Maritimes.

Pour appuyer leur recours, les opposants citent la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAE) qui a rendu un avis défavorable en juillet dernier sur le projet, avant le feu vert préfectoral : « L’autorité environnementale relève des insuffisances significatives sur la prise en compte des thématiques gaz à effet de serre, qualité de l’air, nuisances sonores liées à l’accroissement prévisible du trafic aérien. Il manque une justification acceptable de l’extension du terminal alors qu’aucune modification (stationnement, pistes, trajectoires) n’est envisagée sur l’aménagement du trafic aérien lui-même. »

Croissance inquiétante

L’aéroport, qui a accueilli 14,5 millions de passagers en 2019, pense atteindre les 21 millions d’ici 10 ans. Soutenu par le maire de Nice, le projet d’extension du Terminal 2 devrait permettre de porter la capacité de l’aéroport niçois à 18 millions de passagers par an.

 

« Nous voulons que les travaux soient suspendus immédiatement » , déclare à l’AFP Thierry Bitouzé, un cadre de grande entreprise qui anime le Collectif citoyen 06 avec l’ancien pilote de ligne Airy Chrétien. « On veut nous faire croire que c’est juste un petit bâtiment d’aérogare qu’on agrandit alors que dans le dossier il y a en perspective la création d’un troisième terminal, d’un grand parking et même d’un dépôt de kérosène de cinq millions de litres en bordure de Nice » , souligne-t-il.

Par conséquent, il dénonce la façon dont le projet a été découpé en plusieurs parties pour éviter une concertation nationale. « C’est un subterfuge. En réalité, c’est un très grand projet qui n’a qu’un objectif : provoquer la hausse du nombre de passagers de 56 % d’ici 2030. On est déjà en sur-tourisme et ils veulent autant de touristes toute l’année que pendant l’été, une aberration ! », dit-il.

Le projet d’extension de Nice-Côte d’Azur en bref

En janvier, le Groupe Aéroports de la Côte d’Azur annonçait une série de mesures pour parvenir à réduire à zéro ses émissions de gaz à effet de serre en seulement dix ans. Par conséquent, l’agrandissement de l’aéroport de Nice semble aller à l’encontre de cette décision. Les objectifs de réduction des émissions seront fort probablement plus difficiles à atteindre si le trafic aérien connait une hausse de plus de 56 %.

Alors que la protection de l’environnement est un sujet d’actualité fort populaire à l’heure actuelle (rappelons qu’Air France a récemment présenté son plan afin de compenser les émissions de ses vols intérieurs et qu’Easyjet a annoncé des vols neutres en carbone avec effet immédiat), l’aéroport Nice-Côte d’Azur marche sur des oeufs. La réalisation d’un tel projet va à l’encontre de décisions antérieures.

Que pensez-vous de ce projet d’extension ? Êtes-vous en faveur de l’agrandissement de l’aéroport Nice-Côte d’Azur ?

Auteur

Passionnée de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par email et il lui fera un plaisir de vous répondre !

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.