Personne ne voulait racheter Alitalia, qui se trouvait dans une situation financière très difficile, alors le gouvernement italien a finalement décidé de nationaliser son transporteur national et de reprendre ainsi toutes ses responsabilités. Les premiers détails de l’avenir d’Alitalia sont maintenant connus, et une chose en particulier devient claire : la compagnie aérienne doit réduire ses dépenses au minimum.

Une flotte de 30 avions au maximum

La réduction des dépenses d’Alitalia est synonyme de très mauvaises nouvelles pour les 11 500 employés actuels. À l’avenir, seuls 4 000 employés seront employés par la compagnie aérienne. Il s’agit de l’une des mesures prises par le gouvernement afin de réduire les dépenses au minimum.

Malheureusement, ce n’est pas seulement là que l’État veut couper. La flotte actuelle de 113 avions sera réduite à un maximum de 30 avions.

Alitalia

Selon le journal italien Corriere della Sera, ces mesures auraient été discutées lors d’une réunion entre les représentants des travailleurs et le ministre italien du développement économique, Stefano Patuanelli.

Le plan initial était de privatiser Alitalia et de la vendre au soumissionnaire le plus prometteur. Cependant, comme aucune offre n’a été reçue lors de la dernière tentative de privatisation, qui avait déjà eu lieu avant la crise du coronavirus, le gouvernement italien a décidé de nationaliser la compagnie aérienne.

Les liquidités s’épuisent vite

Alitalia ne dispose pas de beaucoup de temps pour mettre en œuvre les nouvelles mesures, car les liquidités du transporteur national italien s’épuisent. Si aucune mesure n’est prise, la compagnie aérienne risquerait de faire faillite.

Selon M. Patuanelli, les ajustements prévus par le gouvernement devraient être appliqués dans un mois, car il manque encore l’approbation des syndicats concernés.

Les mesures prises par l’État en bref

Pour Alitalia, les mauvaises nouvelles ne cessent d’arriver. C’est à espérer que la compagnie aérienne nationale italienne pourra reprendre du poil de la bête lorsque la crise du coronavirus sera enfin derrière nous. Malheureusement, vu les coupures mises en place par le gouvernement italien, le vent ne semble pas souffler dans la direction d’une remise sur pied.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletterChaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Si vous avez des questions concernant des annulations, des demandes de remboursement, des fermetures de frontières ou autre chose, n’hésitez pas à nous envoyer un email ou à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter toutes les actualités sur la France, l’hôtellerie de luxe, les voyages et le tourisme, ainsi que le tourisme durable.

Auteur

Membre de la rédaction depuis janvier 2020, Vicky Moreau est aujourd'hui directrice des contenus. Originaire de Montréal, mais ayant vécu en France et en Belgique pendant de nombreuses années, la francophonie et les voyages n'ont plus aucun secret pour elle.

​Des questions ? Rejoignez notre communauté de voyageurs sur Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.