Alors que le Groenland et le Danemark ont été coupés l’un de l’autre en pleine crise du coronavirus, la compagnie aérienne Air Greenland s’est vu contrainte d’établir un pont aérien entre le Groenland et le continent européen pour la survie des citoyens. La liaison sera exploitée une fois tous les quelques jours. Le vol, qui dure plus de sept heures au total, est effectué par un avion à hélice, soit l’un des plus petits avions utilisés dans l’industrie.

Air Greenland cède à la pression de l’opinion publique

Le Groenland était l’un des derniers endroits au monde à être exempt du coronavirus. Cependant, au début de la semaine, la nation a déclaré que quatre cas avaient été confirmés. Dans un effort pour protéger ses citoyens, le Groenland a suspendu tous ses vols internes pendant deux semaines à partir du 20 mars.

Destinations desservies par Air Greenland

En conséquence, tant les vols intérieurs que les liaisons internationales ont été annulés, coupant ainsi des liens vitaux entre les communautés isolées de l’île. En tant que territoire danois semi-autonome, les liens du Groenland avec le Danemark sont très importants. Cependant, comme le Groenland et le Danemark ont tous deux fermé leurs frontières, il ne semblait pas y avoir d’autre option.

Sous la pression des gouvernements et des passagers, la compagnie aérienne a décidé d’intervenir et d’établir un pont aérien entre le Groenland et le Danemark. Elle s’envole maintenant de la capitale Nuuk vers la capitale du Danemark, Copenhague, et ce même si tous les autres vols commerciaux ont été annulés.

On soupçonne que ces vols sont un moyen de rapatrier des voyageurs d’un des deux pays qui sont bloqués dans l’autre. Les vols passent par Reykjavik en Islande, mais ils ne s’arrêtent que pour le ravitaillement en carburant.

Ce voyage de plus de sept heures sera effectué par l’un des plus petits avions utilisés dans l’industrie aéronautique : un turbopropulseur Dash 8-200, c’est-à-dire un avion à hélices.

Le premier vol a déjà eu lieu

Le premier vol sur cette route inhabituelle a eu lieu le 22 mars. Sous le numéro de vol GL 6780, l’avion a décollé de Nuuk peu avant 7 heures du matin. Après un peu plus de trois heures de vol, le Dash 8 a atterri à Reykjavik.

Air Greenland

Après avoir passé environ une heure au sol, l’avion a de nouveau quitté l’aéroport, pour finalement atterrir à Copenhague à 15 h 28, heure locale. La durée totale des deux segments était de sept heures et 15 minutes.

Le vol de retour a eu lieu un jour plus tard, le 23 mars. Le petit Dash 8 a décollé de Copenhague à 9 h 40 et est arrivé à l’aéroport de Keflavik à 13 h 38. Cette fois, il n’est resté au sol qu’un peu plus d’une demi-heure avant de décoller pour Nuuk à 14 h 15. Après un total de huit heures dans les airs, il a de nouveau atterri au Groenland.

Le DHC Dash 8-200 utilisé est immatriculé OY-GRO et est âgé de 23 ans. L’avion à turbopropulseurs a une capacité de 37 passagers et ne compte qu’une classe économique.

La connexion à l’Europe est essentielle à la survie

Air Greenland offre à sa communauté des liaisons aériennes extrêmement importantes, qui sont nécessaires pour survivre dans l’environnement hostile de l’Arctique. Les liens politiques et économiques avec le Danemark sont également trop forts pour être simplement rompus, car le trafic de passagers et de marchandises est vital pour l’île.

Cependant, comme la demande des passagers est actuellement très faible — comme c’est le cas pour de nombreuses autres compagnies aériennes —, il n’est guère logique d’utiliser un appareil plus grand qu’un Dash 8-200.

De toute façon, la flotte de la compagnie aérienne ne comprend que sept Dash 8-200 et un Airbus A330-200. L’utilisation du gros porteur serait bien moins économique que de voler sur le petit Dash, qui consomme peu de carburant.

Les vols long-courriers d’Air Greenland en bref

La plupart de ces vols n’apporteront que du fret et des colis sur l’île. Par contre, pour ceux qui sont bloqués en Europe ou qui doivent se rendre au Groenland pour d’autres raisons, c’est un lien important qui, autrement, serait complètement perdu en ces temps incertains.

De nombreux autres vols sont donc prévus dans les semaines à venir.

Pour en savoir plus sur l’impact du coronavirus (Covid-19) sur l’industrie touristique, lisez notre guide sur le sujet ou abonnez-vous à notre newsletterChaque jour, nous vous informons des actualités et nouvelles concernant la propagation du virus et ses conséquences sur les voyageurs.

Si vous avez des questions concernant des annulations, des demandes de remboursement, des fermetures de frontières ou autre chose, n’hésitez pas à nous envoyer un email ou à rejoindre notre communauté Facebook. Notre équipe d’auteurs est là pour répondre à toutes vos questions.

Auteur

Passionnée de voyages et de découvertes, Vicky est constamment à la recherche de nouveaux pays à explorer et de nouvelles cultures dans lesquelles s'immerger. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à la contacter par email et il lui fera un plaisir de vous répondre !